Comprendre Medjugorje : Regard historique et théologique — Entretien avec le théologien Arnaud Dumouch

Les franciscains

Daria Klanac, Comprendre Medjugorje : Regard historique et théologique, avec la collaboration du théologien Arnaud Dumouch, Informativni centar Mir, Medjugorje, en coédition avec les Éditions Sakramento, Paris, 2012, 2e éd. (1re éd. 2008, ISBN 978-2-915380-19-4 & 978-9958-36017-6), entretien avec le théologien Arnaud Dumouch, pages 136 à 138.
 

 

[p. 136] 

Les franciscains

Daria Klanac : Les supérieurs franciscains de la province franciscaine de Mostar, dont dépend Medjugorje, ont toujours soutenu leurs frères de l’équipe pastorale de Medjugorje. Le général franciscain de Rome, qui a visité Medjugorje, a lui aussi félicité ses frères pour le bon travail de pastorale qu’ils font en ce lieu. Il n’était pas question de leur interdire de parler de Medjugorje ou de quitter la paroisse. Les changements de leur équipe pastorale se font lors de leur assemblée générale (capitule-chapitre).
[p. 137]Les franciscains de Medjugorje n’ont donc pas manqué à leur vœu d’obéissance envers leur supérieur.

Arnaud Dumouch : C’est important de le noter. Quoique… Je m’explique.

L’obéissance liée au vœu de religion est un conseil évangélique et non un précepte. Donc, il est au service de la charité et non avant la charité. Il existe des circonstances où, puisque le précepte de la charité est premier, désobéir formellement dans le cadre du vœu pourrait être nécessaire. Je pense aux choix du père Marie-Dominique Philippe qui quitte de manière concrète sa relation d’obéissance et fonde une nouvelle communauté (Communauté de Saint-Jean). Si vous regardez le film « The Mission »[23], vous verrez aussi deux prêtres jésuites désobéir. Dans les circonstances du film, ils ne pouvaient faire autrement. Ils abandonneraient alors leur troupeau, sur ordre de leurs Supérieurs. Or Jésus dit: « Le bon berger donne sa vie pour ses brebis. » Donc, ceux qui pensent que la désobéissance est en soi un critère de non-validité des apparitions ont tort. Les choses sont plus subtiles. Il faut regarder les circonstances, la conscience de ces prêtres, etc.

D. Klanac : La difficulté se situe au niveau diocésain aussi bien pour les prêtres de la paroisse qui sont tous franciscains que pour les voyants. La paroisse de Medjugorje dépend de l’évêché de Mostar. L’évêque des lieux demande de ne pas diffuser à travers le monde les messages qu’ils considèrent inventés.

A. Dumouch : Il y a sans doute eu ici désobéissance de la part des prêtres de la paroisse dans leur lien de juridiction à l’évêque. C’est de toute façon leur décision propre (qui n’engage que leur conscience d’hommes à la fois droits et pécheurs) et il n’est pas possible de discerner de l’apparition en elle-même sur ces luttes douloureuses.

[p. 138]Par contre, il est important, pour discerner de l’apparition, de regarder l’attitude de la Vierge face à ces luttes. Les encourage-t-elle ? Comment discerner l’attitude des voyants (qui est simple et humaine) de celle de la Vierge ?

D. Klanac : Les franciscains de Medjugorje, en particulier les pères Jozo Zovko, Tomislav Vlašić et Slavko Barbarić (décédé le 24 novembre 2000) depuis le début et jusqu’à aujourd’hui, ont subi et continuent de subir les foudres et les attaques de la part de l’évêché de Mostar, ainsi que d’autres opposants à Medjugorje.
On ne se gêne pas d’étaler sur la place publique leurs défauts. Ils sont traités de créateurs de Medjugorje, de manipulateurs, de pervers, de nationalistes, etc.

A. Dumouch : Ceci n’est en rien un critère de discernement des apparitions. Ceci prouve simplement que les franciscains ont passionnément cru à l’apparition dès le début, et que l’évêché de Mostar a passionnément rejeté l’apparition.

D. Klanac : Même si tout ce qui se dit sur leur compte était vrai, en quoi cela pourrait-il influencer le jugement sur l’authenticité des apparitions ?[24]

A. Dumouch : Imaginons qu’on puisse prouver un complot sur 27 ans entre les voyants et les prêtres de Medjugorje, on aurait alors la fin de tout, bien évidemment. Mais c’est une éventualité qui me paraît impossible: nul ne peut se prêter avec la complicité de tant de gens (dont certains adolescents) et sur tant d’années à une telle manipulation. Un de ces complices aurait nécessairement craqué et parlé. Ceci est d’autant plus évident que ces événements ne leur ont apporté que des ennuis, et aucun avantage (argent, plaisirs).

La gloire est depuis longtemps davantage un souci, pour beaucoup, qu’un avantage.

 

23. Film britannique réalisé par Roland Joffé en 1986 avec Jeremy Irons dans le rôle de frère Gabriel. [↩]

24. Les « créateurs » de Medjugorje, Medjugorje : réponses aux objections, p. 45. [↩]

 

Documents  |  Livres  |  Index thématique  |  Liens externes  |  Contact