Comprendre Medjugorje : Regard historique et théologique — Chapitre II

Bref rappel des événements des apparitions depuis 1981

Daria Klanac, Comprendre Medjugorje : Regard historique et théologique, avec la collaboration du théologien Arnaud Dumouch, Informativni centar Mir, Medjugorje, en coédition avec les Éditions Sakramento, Paris, 2012, 2e éd. (1re éd. 2008, ISBN 978-2-915380-19-4 & 978-9958-36017-6), chapitre ii, pages 19 à 21.

Pages liées

Histoire des apparitions
La Vierge continue-t-elle d’apparaître après le 10e jour ?
 

 

[p. 19] 

 

Bref rappel des événements
des apparitions depuis 1981

 

Medjugorje n’est pas un village à proprement dit, mais une paroisse de deux mille âmes qui porte le nom du plus grand des cinq hameaux: Medjugorje, Bijakovići, Vionica, Miletina et Šurmanci. L’église paroissiale Saint-Jaques, patron des pèlerins, se dresse avec ses deux tours blanches telles les ailes d’une colombe prête à s’envoler au-dessus des monts qui l’entourent, au milieu des champs (Medju = parmi et gorje = les hauteurs).

Medjugorje est située en Herzégovine, au sud de la République de Bosnie-Herzégovine de l’ex-Yougoslavie, actuellement un État indépendant. On y cultive la vigne, le tabac, des fruits et des légumes, mais pas suffisamment pour nourrir les familles nombreuses ; les pères s’expatrient vers l’Europe occidentale où l’offre d’emplois est plus intéressante.

L’Herzégovine est peuplée majoritairement de Croates qui commencent à se convertir au christianisme à partir du VIIe siècle. Durant la longue période de l’occupation turque (1474-1878), les franciscains sont restés proches du peuple pour sauvegarder la foi. Les vocations en sont les fruits toujours visibles et palpables: une vingtaine de prêtres et autant de religieuses sont aujourd’hui issus de cette petite communauté.

En 1981, le curé de la paroisse de Medjugorje est un franciscain, le père Jozo Zovko, qui est assisté d’un vicaire, le père Zrinko Čuvalo, ainsi que du père Victor Kosir. La majorité [p. 20]des paroissiens sont des pratiquants fervents. La menace des communistes, qui voient d’un mauvais œil la pratique de la religion, ne les décourage pas de fréquenter l’église. Leur foi est affermie dans l’épreuve allant jusqu’à la persécution.

Le père curé est déjà connu au pays avant les apparitions pour avoir gagné, avec ses jeunes, l’Olympiade de la catéchèse qui était récompensée par un voyage à Rome au cours duquel une rencontre avec le Pape Paul VI était prévue.

Le père Jozo prêche des retraites. C’est lors d’une de ces retraites, à Zagreb, donc en son absence, que sa paroisse vit des événements qui vont être à l’origine des bouleversements étonnants de cette fin du XXe siècle: les apparitions de la Vierge à six jeunes du hameau de Bijakovići.

Seul, en l’absence du père Jozo, le père Zrinko Čuvalo s’impatiente. De tempérament nerveux, il a de la difficulté à maîtriser la situation. Il est brusque, rude, mais authentique. Il monte sur la colline avec les enfants, les bouscule en les bombardant de questions. C’est lui qui commence les interrogatoires et prépare le terrain pour le père Zovko.

À son retour de retraite, le troisième jour des apparitions, le père Jozo Zovko découvre Bijakovići, le hameau des voyants et la colline qui le surplombe, envahis par la foule, et se trouve subitement face à six jeunes entre 10 et 16 ans qui disent voir la Sainte Vierge. Il interroge ces jeunes qu’il n’a remarqués ni à l’église ni au catéchisme. Les entretiens sont enregistrés. Grâce à cela, nous connaissons le tout début de cette histoire extraordinaire.

Ce premier jour des apparitions, 24 juin 1981, solennité de saint Jean-Baptiste, est aussi le début des vacances scolaires. Le hameau fourmille de jeunes qui se retrouvent, car tous n’étudient pas au même endroit.

Zacharie indiquant le nom de Jean-Baptiste (Fra Angelico, 1453).
Zacharie indiquant le nom de Jean-Baptiste.

[p. 21]Cet après-midi-là, Mirjana Dragićević et Ivanka Ivanković se donnent rendez-vous au pied de la colline de Crnica, appelée Podbrdo. Une autre fille, Vicka Ivanković, doit les rejoindre. Près de là, Milka Pavlović vient chercher ses moutons. Passent par là deux garçons, Ivan Ivanković et Ivan Dragićević. Ces six jeunes, qui se sont trouvés ensemble, à cet endroit, entre cinq et six heures en cet après-midi du 24 juin 1981, affirment voir la silhouette de la Vierge.

Le lendemain, le 25 juin 1981, lorsqu’ils retournent au même endroit, ils seront également six, mais cette fois-ci Ivan Ivanković et Milka Pavlović sont remplacés par Jakov Čolo et Marija Pavlović, la sœur de Milka. Ce groupe de six voyants est resté le même jusqu’à aujourd’hui.

 

Documents  |  Livres  |  Index thématique  |  Liens externes  |  Contact