Comprendre Medjugorje : Regard historique et théologique — Entretien avec le théologien Arnaud Dumouch

L’étonnant tableau

Daria Klanac, Comprendre Medjugorje : Regard historique et théologique, avec la collaboration du théologien Arnaud Dumouch, Informativni centar Mir, Medjugorje, en coédition avec les Éditions Sakramento, Paris, 2012, 2e éd. (1re éd. 2008, ISBN 978-2-915380-19-4 & 978-9958-36017-6), entretien avec le théologien Arnaud Dumouch, page 176.
 

 

[p. 176] 

L’étonnant tableau

Notre Dame de Medjugorje, tableau du peintre autodidacte Vlado Falak (1974).
Tableau du peintre autodidacte Vlado Falak réalisée en 1974.

Daria Klanac : Le tableau présentant la Vierge qui plane au-dessus de la vallée de Medjugorje, comme si Marie voulait la protéger de son manteau, avait déjà été accroché à l’arrière de l’église, adossé au jubé bien avant les apparitions. Il a été réalisé par un artiste local, Vlado Falak, en 1974. Les voyants avaient entre 3 et 10 ans. À cette époque, ils ne fréquentaient pas tous la même église. De quelle façon, uniquement chez ces six jeunes, ce tableau aurait pu influencer leur esprit et provoquer des visions mentales eidétiques[52], comme certains le prétendent ?

Arnaud Dumouch : C’est impossible. Je pense que cette hypothèse venant des opposants à Medjugorje ne présente qu’un intérêt: le fait qu’ils l’aient émise montre qu’ils croient ces jeunes sincères. Mais imaginer qu’un tel tableau soit la cause des phénomènes par une sorte d’effet subliminal, et ce pendant 27 ans, chez des personnes devenues adultes, conscientes, mariées et équilibrées dans leur vie, est une hypothèse qui ne se tient pas. Ils auraient alors des comportements illuminés et hallucinatoires.

D. Klanac : Pour d’autres, ce même tableau représente un signe précurseur des apparitions.

A. Dumouch : Oui. Ceux qui croient en cette apparition peuvent voir effectivement dans ce tableau une étrange coïncidence chargée de sens, voire un signe inspiré par avance par le Ciel. Ce n’est bien sûr pas une preuve. Mais l’histoire de l’Église est pleine de ces étranges préparations, parfois s’établissant sur plusieurs siècles.

Exemple: tel lieu de pèlerinage marial dans l’antiquité, oublié depuis longtemps, est parfois le siège d’une apparition contemporaine.

 

52. La mémoire eidétique, mémoire photographique, ou encore mémoire absolue, est la faculté de se souvenir d’une grande quantité d’images, de sons, ou d’objets dans leurs moindres détails. [↩]

 

Documents  |  Livres  |  Index thématique  |  Liens externes  |  Contact