Comprendre Medjugorje : Regard historique et théologique — Chapitre IV

Convictions profondes des voyants

Daria Klanac, Comprendre Medjugorje : Regard historique et théologique, avec la collaboration du théologien Arnaud Dumouch, Informativni centar Mir, Medjugorje, en coédition avec les Éditions Sakramento, Paris, 2012, 2e éd. (1re éd. 2008, ISBN 978-2-915380-19-4 & 978-9958-36017-6), chapitre iv, pages 31 à 42.

Pages liées

Les interrogatoires des premiers jours
 

 

[p. 31] 

 
« Bâton en main », je me suis arrêtée
au « torrent » de Medjugorje pour prendre
les « pierres » qui me semblaient précieuses.
Je les sors de mon « sac de berger »
pour les offrir à l’Histoire.

 

Convictions profondes des voyants

 

Les interrogatoires des premiers jours des apparitions à Medjugorje sont une source d’informations d’une importance majeure. Aucune apparition connue ne possède de telles archives. Le père curé Jozo Zovko, perplexe, de retour le troisième jour d’une retraite à Zagreb, se met à l’œuvre, précédé par son vicaire, le Père Zrinko Čuvalo: il fait venir les enfants au presbytère et les interroge un par un. C’est un dialogue spontané, souvent maladroit et sans aucune préméditation. On passe facilement d’une idée à l’autre. Le père Zovko improvise et pose les questions qu’il juge importantes. Il veut faire comprendre aux enfants la gravité de leurs déclarations. L’écoute de ces enregistrements est primordiale pour une meilleure compréhension de ces interrogatoires.

La description de la Vierge

Les voyants sont en admiration devant cette beauté surnaturelle. Plus ils la regardent, plus elle les attire. « Comme elle est belle ! » s’exclame Jakov. Cela ne se décrit pas.

Interrogés séparément, ils sont unanimes dans la description de sa beauté.

[p. 32]Jakov: Gospa avait des yeux bleus, un voile blanc sur la tête et elle portait une robe grise. On ne pouvait pas voir ses pieds à cause de sa robe qui était longue. (27 juin 1981) – Comme ceci: elle a un voile blanc et une robe grise. On ne voit pas ses pieds, car sa robe les recouvre. (28 juin 1981)

Mirjana: Elle a les cheveux noirs, tirés vers l’arrière, et les yeux bleus. (27 juin 1981) – Elle avait sur elle ce long … elle a toujours ce long voile, il tombe jusqu’à terre, mais non pas la robe. (28 juin 1981) – Vraiment merveilleuse ! Je voudrais seulement la regarder… comme ça… seulement la regarder !

Ivanka: Elle avait une robe grise, un voile blanc, une couronne d’étoiles… (28 juin 1981) – Je dirais vingt, dix-neuf, entre dix-neuf et vingt et un ans… Elle a les yeux bleus… Quelques mèches apparaissent… [les joues] belles, roses.

Marija: J’ai vu en premier la forme de son visage et ses joues roses… c’est cela que j’ai vu. Elle portait un voile blanc… sur elle et puis sa robe tout le long. Je ne peux vous la décrire: comme gris, mais ce n’est pas gris. Couleur café, mais ce n’est pas cela non plus. (28 juin 1981)

Vicka: Comme ça. Quand nous la regardons, elle est suspendue dans l’air, pas très haut, comme ça. Elle porte une robe grise, ses yeux sont bleus, elle a un voile blanc. (28 juin 1981) – Oui, belle. On lui donnerait 20 ans, elle est vraiment jeune. (28 juin1981)

Ivan: Oh ! là ! là ! Une jeune fille aux joues roses, très belle… figure allongée… Un tout petit peu plus grande que Mirjana. (28 juin 1981)

Sa voix: chantante, belle, douce

Jakov: Quand elle nous parle, c’est comme si elle chantait… C’est beau quand elle parle… une belle voix. (27 juin 1981)

[p. 33]Marija: C’est doux, comme si elle chantait. (28 juin 1981)

Ivanka: Comme si elle chantait. (30 juin 1981)

Son nom

À la demande des enfants, l’apparition s’identifie. Son vocable de la Reine de la Paix sera prononcé plus tard. Sans hésitation les enfants parlent de la même personne

Mirjana: Nous lui avons demandé comment elle s’appelait. Elle nous a répondu: « Bienheureuse Vierge Marie. » (28 juin 1981)

Jakov: Elle a dit aussi qu’elle était la Bienheureuse Vierge Marie. (28 juin 1981)

Père Zovko à Ivanka: Tu vois Gospa, mais tu ne sais pas quel est son nom. – Ivanka: Je ne sais pas; nous lui avons demandé. – Père Zovko: Et, qu’a-t-elle dit ? – Ivanka: Elle a dit: « Je suis la Bienheureuse Vierge Marie. » (28 juin 1981)

Vicka: Nous lui demandons: « Comment tu t’appelles. » Elle répond: « Je suis la Bienheureuse Vierge Marie. » (28 juin 1981)

Message: une foi ferme, la paix, la réconciliation

Jakov: Nous lui avons demandé: « Gospa, Gospa, pourquoi sommes-nous tous rassemblés ici ? » – « Pour que vous soyez tous dans la paix », a-t-elle dit. Elle nous a dit aussi: « Il y a ici beaucoup de bons croyants. » […] Elle nous a dit d’être tous dans la paix et de nous réconcilier tous. C’est pour cela qu’elle est venue. (27 juin 1981)

Mirjana: Elle a répondu: « Bienheureux ceux qui croient sans avoir vu. » De croire fermement comme si on [les gens] la voyait. Elle nous répond constamment de croire et d’être ensemble (28 juin 1981) – Car elle nous dit: « Réconciliez le peuple. » (30 juin 1981)

[p. 34]Ivanka: Elle a dit aux gens de croire fermement. « Qu’ils croient fermement », a-t-elle dit.

Marija: Elle nous disait: « Réconciliez les gens. » Je l’ai compris comme ça: par exemple, le voisin se réconcilie avec son voisin et ainsi de suite dans tout le village. (30 juin 1981)

Vicka: Fra Zrinko nous a dit de lui demander si elle avait à dire quelque chose aux prêtres. Elle a dit: « De croire fermement et de sauvegarder la foi. » (28 juin 1981)

La prière

N’est plus la même. Les voyants désirent tous être meilleurs, accomplir de bonnes œuvres, prier davantage et avec plus de ferveur. La description d’Ivan par Mirjana peut s’appliquer à tous les six: « Il [Ivan] a entendu une voix qui lui disait de croire davantage en Dieu, d’aller à l’église chaque dimanche pour renforcer sa foi et de prier régulièrement. » (30 juin1981)

Mirjana: Je l’ai vu, [Gospa] puis, tu sais, la prière, d’une certaine manière, est différente… Je préférerais [prier] que de parler. (27 juin 1981) – Je prie tous les soirs plus fermement encore: Je vous salue Marie, Gloire au Père… (28 juin 1981) Nous ne pouvons pas exiger d’Elle que des miracles, nous devons prier aussi. (30 juin 1981)

Ivanka: Nous lui avons demandé quelles prières dire, ce qu’elle préfère: que nous priions ou que nous chantions. Elle a répondu de prier et de chanter.

Père Zovko à Ivan: … Dans ton âme, qu’est-ce que cela te dit ? – Ivan: Dans mon cœur, de ne pas offenser Dieu… De prier, de prier Dieu. (28 juin 1981)

Père Zovko à Marija: Disons, as-tu remercié de toi-même Dieu et Gospa pour cela ? – Marija: Oui, j’ai prié le chapelet de Gospa. (28 juin 1981)

[p. 35]La lumière

Les apparitions ont commencé sous le signe de la lumière. Le premier jour, une silhouette lumineuse se montre à la colline de Crnica. Ensuite, la lumière se manifeste par trois fois avant chaque apparition. La Vierge vient et repart dans la lumière.

Ce phénomène de lumière n’est pas toujours relié à l’apparition. Des témoins affirment l’avoir vue le jour et le soir. Les voyants nous décrivent ici le phénomène tel qu’il est au moment de l’apparition.

Jakov: Par trois fois, il y a eu un éclat de lumière, puis nous l’avons vue. Par trois fois, la lumière, puis tout à coup, Gospa apparaît en haut. Comme ça, ça brille. D’abord une fois, deux fois, trois fois. (27 juin 1981)

Mirjana: Puis par trois fois, nous avons vu le ciel s’éclairer et alors, j’ai regardé la colline et j’ai dit: « La voilà ! »… Comme ceci: tout doucement, doucement, elle disparaît en montant vers le haut, et le ciel s’illumine. (27 juin 1981) – Tout d’abord, j’ai aperçu la lumière. Alors, j’ai poussé les autres pour qu’elles voient la lumière. Elles m’ont répondu qu’elles la voyaient. Alors, je l’ai vue descendre graduellement et cela devenait de plus en plus clair à mesure qu’elle descendait. (28 juin 1981)

Ivanka: Elle m’a poussée: « La voilà ! La voilà ! » Moi aussi j’ai regardé, et j’ai vu réellement la lumière qui venait. Tout d’abord, les petites étoiles, puis la lumière, ensuite elle descendait lentement. (28 juin 1981) – On voit d’abord la lumière, ensuite Gospa. (30 juin 1981)

Marija: Le petit Jakov était aussi avec moi. Une lumière est apparue. Et j’ai demandé à Jakov s’il la voyait. « Je vois ! » La troisième fois, tu sais, juste après la lumière, elle est apparue.

[p. 36]La peur

Les voyants ont-ils été effrayés comme s’ils avaient vu un fantôme ? Ont-ils eu peur ?

Jakov: Mais non ! Mais non ! Pourquoi j’aurais peur ? La première fois seulement, j’avais un tout petit peu peur, mais plus maintenant. (27 juin 1981) – Maintenant je n’ai plus peur du tout, tu sais, rien. (28 juin 1981)

Mirjana: J’ai eu la chair de poule, mais pas vraiment de peur, mais une sensation de joie. (27 juin 1981) – Je n’ai pas tellement peur de la police, mais j’ai peur qu’ils m’emmènent à l’hôpital. De cela seulement j’ai peur. (30 juin 1981)

Père Zovko à Ivanka: Tu es allée souvent à l’hôpital à cause de ta maman. Tu y allais toujours pour la visiter, c’est pourquoi tu as peur, n’est-ce pas ? – Ivanka: Si j’étais restée là-bas [à l’hôpital] encore un peu, j’en serais morte. (30 juin 1981) – Père Zovko: As-tu peur [de l’apparition], s’il te plaît ? – Ivanka: Non, cela me rend heureuse. (28 juin1981)

La joie

La peur du premier instant se transforme en joie, en bonheur, en plénitude. Il est complètement déplacé de parler d’une « grande frayeur » qui est totalement absente de leurs sentiments.

Père Zovko à Jakov: Mais es-tu heureux de voir Gospa ? – Jakov: Comment ne serais-je pas heureux ? – Père Kosir: Dis-moi, n’as-tu jamais désiré: « Puisse Gospa m’apparaître à moi ? » – Jakov: Eh oui. Maintenant je dis, je l’ai dit: maintenant que j’ai vu Gospa, je ne regretterais pas de mourir.

Mirjana: Lorsque nous sommes devant elle, alors je pleurerais de joie pour ainsi dire. (28 juin 1981) – Je voudrais seulement la regarder. (28 juin 1981)

[p. 37]Ivanka: Je suis si contente de la voir. – Mon Père, c’est comme lorsque je vous parle face à face. C’est tellement agréable, tellement agréable que je ne sais pas comment le dire. Elle regardait les gens comme ça, mais eux ne la voient pas. Et moi, j’étais si heureuse ! (28 juin 1981)

Père Zovko à Marija: Comment te sentais-tu ? Dis-moi la vérité. Disons concrètement, hier soir, après cette apparition, sentais-tu la joie dans ton cœur ? – Marija: Oh ! Cela ne peut pas se décrire du tout ! Une grande joie, grande, grande !

La croix

La Vierge disparaît dans le signe de la Croix Glorieuse à la fin de l’apparition. Les 3ème et 4ème jours, les voyants ont vu une croix au-dessus de la Vierge lors de l’apparition.

Jakov: Tout d’un coup, elle disparaît en haut. Dans le ciel apparaît un signe, comme une croix. Un signe apparaît dans le ciel, comme une croix. (27 juin 1981)

Mirjana: Quand nous sommes arrivées, elle se tenait là, la croix devant elle… assez grande et rien dessus, mais de la même couleur que sa robe. (28 juin 1981)… Ce n’était pas elle qui la tenait.

Père Stojan Zrno à Ivanka: Portait-elle cette croix ? – Ivanka: Non, elle était au-dessus d’elle… une grande croix, de la couleur de sa robe. (28 juin 1981)

Marija: Oui, je l’ai vue… elle est grande, sans le Crucifié dessus; seulement la Croix.

Vicka: Soudainement, nous tombons à genoux et c’était Gospa… Elle nous est apparue comme dans l’ombre avec une grande croix, mais rien sur la croix, grise comme sa robe. Elle avait les mains étendues, mon Père, et la croix était au-dessus d’elle. (28 juin 1981)

[p. 38]Le choix

Il est gratuit, sans mérite. Les voyants l’ont vécu depuis le début et le vivent toujours comme tel.

Père Stojan Zrno à Ivanka: Crois-tu que vous six, vous êtes meilleurs que les autres ? – Ivanka: Je n’en suis pas certaine. (28 juin1981)

Père Zovko à Mirjana: Mais voyons, pourquoi est-elle apparue à toi et non à elle ? Es-tu, penses-tu être meilleure qu’elle, ou… – Mirjana: Mais non ! Moi, je ne sais pas ! Tel est le choix. (30 juin 1981)

Le signe

Les voyants ont la certitude et croient toujours au signe que la Vierge va laisser à la colline des apparitions. Ils désiraient fortement sur-le-champ une preuve de l’authenticité des apparitions. Elle les laisse dans l’attente qui se prolonge.

Père Zovko à Mirjana: … Qu’aimerais-tu lui demander ? – Mirjana: De nous laisser un signe pour que les gens nous croient. (27 juin 1981) – Vicka justement, dans son sommeil, disait: « Laisse un signe, laisse un signe… » Sa cousine raconte que, durant toute la nuit, elle ne pouvait dormir à cause d’elle. (Vicka 30 juin 1981)

Ivanka: Ma Gospa, qu’est-ce que tu vas laisser à ces gens ? Veux-tu nous laisser un signe ? Elle a fait un signe de tête en disant « que les gens croient fermement comme s’ils me voyaient. » (28 juin 1981) – Je suis certaine qu’un jour, il y aura un signe. C’est certain, j’en suis convaincue… Sur cette colline, là-haut. C’est sûr. (30 juin 1981)

Attirance vers la colline

Pour les voyants, c’est irrésistible. À l’heure de l’apparition, il n’y a rien pour les empêcher d’être là.

[p. 39]Ivanka: Moi, quelque chose m’attire là-haut, m’attire. (28 juin 1981)

Ivanka: J’avais tellement peur de cet hôpital ! Mais lorsque l’heure est venue, vers 17h30, je sentais que je devais y aller [sur la colline]. Tout m’attire là-haut. Je dois y aller ! – Père Zovko: Mais qu’est-ce qui t’attire ? – Ivanka: C’est comme ça pour nous tous. Je n’ai pas d’idée de ce qui m’attire, je dois y aller ! (30 juin 1981)

Père Zovko à Ivan: … As-tu peut-être autre chose à me dire ? – Ivan: Rien ! Seulement de la voir demain !… Que je continue de la voir comme depuis le début ! (28 juin 1981)

Jakov: Maman, j’irai [à la colline] même si tu me tues. Tu peux me tuer, j’irai quand même.

Satan ou Gospa ?

Certains se posent toujours cette question et pensent que c’est Satan déguisé en Vierge qui se montre aux enfants. Mais les voyants affirment bien la voir, Elle, et ils n’ont aucun doute.

Père Zovko à Ivanka: Il arrive que Satan se déguise pour dire: « Je suis Jésus » ou « Je suis Gospa » ou « Je suis tel ou tel saint. » Ainsi, il trompe les gens… – Ivanka: Mais Satan fuirait la prière. – Père Zovko: Comment ? Quoi ? – Ivanka: La prière, la prière ! Le troisième jour, Vicka a apporté de l’eau bénite: « Si tu es Gospa, reste. Si tu ne l’es pas, va-t’en. » Et Gospa est restée. Nous avons tous commencé à prier. – Père Zovko: Cela veut dire que vous avez douté que ce soit Gospa. – Ivanka: Exactement ! (28 juin 1981)

Père Zovko à Mirjana: … Penses-tu par exemple que ce pourrait être une ruse de Satan qui dirait: « Je suis la Bienheureuse Vierge Marie ? » – Mirjana: Je ne crois pas, ce n’est pas cela. – Père Zovko: Il y a eu de tels cas de séduction. – Mirjana: Nous l’avons aspergée d’eau bénite. (28 juin1981)

[p. 40]Convictions profondes

Chez tous les six, elles sont solides, inébranlables.

Père Zovko à Jakov: Est-ce qu’on t’a suggéré quelque chose à lui dire ? – Jakov: Moi ! ? Personne. – Père Zovko: Mais, tu ne l’as pas vue. – Jakov: Qui ? – Père Zovko: Gospa. – Jakov: J’ai vu Gospa comme si elle était en face de moi, voilà, comme vous. – Père Zovko: Vraiment ! – Jakov: Comme je vous vois. (28 juin 1981)

Père Kosir: Qu’arriverait-il si ce soir si on te contrariait, si maman ou quelqu’un d’autre t’empêchait d’y aller ? – Jakov: Qui peut m’empêcher d’y aller ? Je suis attiré par le désir d’aller en haut. – Père Kosir: Et si maman te le défendait ? Jakov: Elle ne peut pas m’arrêter. Moi, je le veux. – Père Kosir: Elle ne peut pas ! – Père Zovko: Que lui dirais-tu ? – Jakov: Je dirais: « Maman, j’irai, même si tu me tues. Tu peux me tuer, j’irai quand même. » – Père Zovko: Je le sais, mais Dieu demande d’écouter sa maman; alors qu’est-ce que tu peux répondre ? – Jakov: J’irai vers Dieu, là-haut, vers Gospa, j’irai là-haut. Et voilà ! (28 juin 1981)

Mirjana: Au début, quand ils ne nous croyaient pas j’étais fâchée pour ainsi dire parce qu’ils ne nous croyaient pas. Mais ils se moquaient seulement de nous et je n’aimais pas ça. Et maintenant, si tu veux croire, crois, sinon, tu n’es pas obligé. Je vais dire à tout le monde ce que j’ai vu, j’expliquerai, je leur demanderai de me croire s’ils veulent. Sinon je n’y peux rien. Je ne veux convaincre personne. (28 juin 1981)

Père Zovko à Mirjana: Quel est pour toi le motif le plus fort qui te pousse à croire que c’est elle et non un fantôme ? – Mirjana: Mais je crois que c’est Gospa. Elle nous l’a dit elle-même qu’elle est « la Bienheureuse Vierge Marie. » C’est plutôt pour les gens qu’elle devrait laisser un signe. (28 juin 1981)

[p. 41]Père Zovko: Penses-tu qu’elle va y être ce soir ? – Mirjana: Je pense que oui. Je suis certaine, car elle nous l’a dit. Père Zovko: Mais je ne sais pas vraiment comment tu te l’imagines ! Pour moi, c’est un gros problème, tu sais ! Je sais que ceux qui induisent les gens en erreur ou transmettent de faux messages sont toujours les plus sévèrement punis !… As-tu peur de cela ? Moi, j’en ai terriblement peur. – Mirjana: Pas moi. Père Zovko: Pourquoi penses-tu que non ? – Mirjana: Parce que nous ne mentons pas. – Père Zovko: C’est logique. Si vous ne mentez pas, Il [Dieu] ne peut pas [vous punir]. (30 juin 1981)

Ivanka: Moi je vous dis que je l’ai vue. Qu’importe qu’ils croient ou qu’ils ne croient pas. Mais cela sera prouvé. – Père Zovko: Et si elle ne venait pas demain, par exemple, qu’en penses-tu ? – Ivanka: Cela n’arrivera pas. Elle ne nous a jamais trompés, elle ne nous trompera pas. (28 juin 1981) – J’y crois. Je la vois. Que puis-je ? Si les gens la voyaient et que moi je ne la voyais pas, je n’y croirais certainement pas. (30 juin 1981)

Père Zovko: Voyons, si quelqu’un te disait maintenant: « Nous te tuerons si tu dis que tu vois Gospa », que ferais-tu ? – Ivanka: Je dirais: qu’ils me tuent ! – Père Zovko: Ah oui ! Vraiment, tu serais prête ? – Ivanka: Oui, sûrement. – Père Zovko: Tu ne regretterais pas de mourir ? – Ivanka: Non. – Père Zovko: Et pourquoi non. – Ivanka: Eh bien ! Parce que j’ai vu Gospa ! Je ne le regretterais pas du tout. – Père Zovko: Tu ne le regretterais pas ? – Ivanka: Nullement. – Père Zovko: Et tu irais heureuse vers elle ? – Ivanka: Oui, je sais où elle est maintenant et je volerais vers elle. (28 juin 1981, dialogue inédit)

Père Zovko à Ivan: Viendra-t-elle demain ? – Ivan: Elle viendra. (28 juin 1981)

Vicka: Mais étant donné que nous sommes dans le droit chemin et que nous avons raison, nous persisterons à prouver que nous ne mentons pas. (30 juin 1981)

[p. 42]Père Zovko: Par exemple, si quelqu’un disait: « Je te tuerai si tu continues à dire que Gospa t’apparaît », que ferais-tu ? – Vicka: Je continuerais à la regarder, qu’on me tue si on veut. Père Zovko: … Si la police menaçait de te mettre en prison et t’interdisait de parler ? – Vicka: Je parlerais. Qu’ils me mettent en prison, cela n’a pas d’importance, cela ne fait rien, j’irais en prison ! Je n’y serais pas seule, nous y serions tous !

Le plus jeune des voyants, Jakov, donne le meilleur résumé de ce qu’ils vivent, de leur expérience: « C’est une sensation indescriptible. Chaque apparition est comme une ouverture du ciel et une entrée dans un autre monde où tout est tellement beau et merveilleux. Chaque fois, c’est comme la première fois: quelque chose de jamais vu, jamais vécu, surtout sa figure, sa voix, ses paroles. La rencontre ne se décrit pas, ne peut être exprimée par des mots. » (Glas Mira, février 1996)

 

Documents  |  Livres  |  Index thématique  |  Liens externes  |  Contact